1

ROTAX MAX CHALLENGE INTERNATIONAL TROPHY – LE MANS – Trois victoires internationales pour les tricolores dans la Sarthe

Les pilotes français ont affronté avec des succès convaincants les meilleurs spécialistes présents au Mans lors du Rotax MAX Challenge International Trophy, une épreuve de haut niveau dans laquelle chacun utilise son propre matériel.

Le Rotax MAX Challenge International Trophy retrouvait le circuit du Mans pour sa 4e édition du 26 au 30 juillet 2022. En collaboration avec BRP Rotax, l’organisation française de 3MK Events a encore réussi son pari de proposer un évènement international de grande tenue sur le territoire national. Une ambiance particulièrement agréable et chaleureuse contribue à la réussite de cette épreuve depuis sa créaction. Ceci explique qu’il y ait davantage de demandes que de places disponibles pour le RMCIT.

245 pilotes de 34 nations avaient rejoint Le Mans pour cet évènement très attendu. La part de pilotes français était relativement moins importante que l’an dernier, mais 105 tricolores étaient tout de même en lice dans les 6 catégories. Le niveau de compétition était toujours très élevé avec un grand nombre de spécialistes talentueux et la présence des plus grandes équipes professionnelles internationales. Pendant trois jours les courses ont été intenses et spectaculaires, grâce à des dépassements fréquents et d’étonnantes possibilités de remontée. Pour ne rien gâcher, un beau temps chaud s’est maintenu pendant toute l’épreuve. Grâce aux moyens mis en œuvre pas 3MK Events, le déroulement des courses se révélait très satisfaisant sous la responsabilité d’une équipe d’officiels impliqués et efficaces, majoritairement français.

Les pilotes étrangers ont montré une forte compétitivité, mais les tricolores peuvent être fiers de leurs performances avec de meilleurs résultats d’ensemble que l’an passé. La FFSA se réjouit de ces belles prestations françaises de tous ces pilotes aguerris lors des compétitions fédérales dans l’hexagone.

Robillot Lagache sur la 2e marche en Micro Max
Léni Robillot Lagache (Tony Kart/Rotax) avait commencé par signer la pole position Micro Max et restait en tête à l’issue des manches. Distancé en préfinale, il revenait dans le groupe de tête de la finale et s’emparait de la 2e place grâce à un dépassement dans le dernier tour. Mattis Brageot (Redspeed/Rotax) effectuait une belle course pour terminer 4e.

Mini Max : podium pour Scelles
Enzo Couedel (Sodi/Rotax), Antoine Grisel (Kosmic/Rotax) et Luka Scelles (Sodi/Rotax) ont successivement occupé les meilleures positions françaises en Mini Max. Scelles se hissait finalement en 3e position, soit 3 places de mieux que son classement en Micro Max l’an dernier. Clovis Nougueyrède (Exprit/Rotax) terminait 6e devant Antoine Grisel et Victor Galmiche (Tony Kart/Rotax).  

Le Junior Max ne réussit pas aux tricolores
C’est la petite déception du meeting. Pourtant, Roméo Roussel (LN/Rotax)  avait commencé au 4e rang des chronos, Tom Langlois (EOS/Rotax) se classait 7e des manches et Oscar Goudchaux (FA Kart/Rotax) dominait la finale B. Mais les Français étaient absents de la lutte pour la victoire en Finale A. Les hasards de la course classaient Langlois et Roussel 16e et 17e avec 9 places perdues chacun. Maxence Reitz (Tony Kart/Rotax) remontait 18e et Matthéo Dauvergne (EOS/Rotax) 20e. Arthur Raphanel (Alonso Kart/Rotax) rétrogradait 24e tandis que Lisa Billard (Kosmic/Rotax) renonçait.

Belle revanche de Lemeray en Senior Max
3e sur la ligne au terme d’une bataille serrée avec les leaders, puis rétrogradé 11e à cause d’un spoiler décroché, Nolan Lemeray (EOS/Rotax) effectuait un parcours solide depuis le 5e chrono. 2e sur la grille de départ de la finale, il profitait de l’abandon du Belge Kai Rillaerts au 1er tour pour s’emparer de la 1re position. Il réalisait une course superbe et s’imposait avec près de 5 secondes d’avance. Jules Roussel (Sodi/Rotax) regagnait 11 places en terminant 4e, Gaspard Simon (LN/Rotax) reprenait 7 places au 6e rang devant Arthur Robin (Gillard/Rotax) +4 pl. Enzo Caldaras (Sodi/Rotax) était 3e à l’issue des manches, mais il ne pouvait pas suivre le rythme endiablé de la finale et terminait 8e. Enfin, Chloé Cannard (Redspeed/Iame) effectuait une remontée sensationnelle de 18 positions en se classant 9e.

DD2 : l’exploit final de Besancenez
2e en 2021, Antoine Barbaroux (Sodi/Rotax) faisait figure de favori depuis sa pole position puisqu’il menait dans les manches et s’imposait aussi en préfinale. Légèrement distancé au départ de la finale, il se battait pour franchir la ligne d’arrivée en 3e position avec le meilleur tour, mais un carénage avant mal-positionné le faisait retomber au 8e rang. Après un incident en préfinale, Paolo Besancenez (Birel ART/Rotax) s’élançait depuis la 12e position et entamait une remontée d’anthologie. Il dépassait le leader à deux tours du but et s’imposait avec 5 dixièmes d’avance. Nicola Picot (Tony Kart/Rotax) reprenait 21 places pour finir dans le top 5 après avoir été arrêté
au drapeau noir en préfinale.

Vivien Cussac-Picot dominateur en DD2 Masters
En DD2 Masters, Vivien Cussac-Picot a succédé à Rudy Champion sur la plus haute marche du podium au terme d’une domination sans partage. Pole position, manches, préfinale et finale, il a tout gagné au Mans. Romain Mangé (Tony Kart/Rotax) le suivait sur la 2e marche du podium au terme d’une prestation remarquée. Paul Louveau (Redspeed/Iame) a joué de malchance après sa 2e place en 2021. Sanctionné aux chronos parce qu’il roulait trop lentement afin de bien se positionner, il reprenait 15 places dans les manches et terminait 2e en préfinale. Il était retardé par un incident en début de finale et devait se contenter de la 5e position à l’arrivée.

Le bilan global des performances françaises s’établit avec un total de 11 top 5, dont 6 podiums et trois victoires.

Communiqué Pôle Presse FFSA / Photo KSP